2017 : Diagnostic de la ressource bois dans le Jorat

L’association JUTAVAQ, par l’intermédiaire de sa commission Bois, économie et tourisme, a mandaté le bureau de génie forestier Xylon SA. Les buts de l’étude étaient d’une part de faire un diagnostic de la ressource bois dans le massif forestier joratois d’aujourd’hui et des pertes de production qu’engendreraient une réserve forestière telle que celle de la zone centrale du Parc naturel du Jorat. D’autre part, cette étude avait pour but de réfléchir aux pistes de renforcement régionales de la filière bois.
Les résultats présentés dans le tableau ci-dessous montrent que, dans le périmètre de la future zone centrale du parc naturel, le volume de bois potentiellement exploitable annuellement s’élève à environ 3’900 m3 (2’200m3 de bois d’œuvre (56%) et 1’700 m3 de bois énergie (44%)), soit moins de 9 % du volume de bois potentiel des communes concernées.

Potentiel de bois exploitable annuellement, résultats globaux

Changements climatiques

Sur la base des travaux de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL sur l’évolution des essences principales face au changement climatique, il est possible d’affirmer que durant les prochaines 50 années il sera difficile de maintenir le potentiel de bois de résineux propre à la production de grumes de sciage vu la diminution probable du nombre de sapins blancs et d’épicéas. Concernant les feuillus, le hêtre aura également tendance à diminuer. Il conviendra de favoriser l’installation du chêne pouvant produire à la fois des bois pour le sciage et du bois énergie.
Dans la zone centrale du parc, l’élément central est la libre évolution des processus naturels. La transition des forêts plutôt résineuses vers une domination des feuillus, notamment du chêne, se fera donc naturellement.

2018 : Fiches de projet 2020-2024

Actuellement, les membres de la commission Bois, économie et tourisme travaillent à la priorisation des pistes de renforcement émises dans le cadre de l’étude et à leur formulation en projets concrets qui seront conduits dans le cadre du futur parc naturel. Deux thématiques sont à ce jour privilégiées par la commission : « Vers une gestion forestière coordonnée entre les partenaires du parc naturel » et « Centralisation et coordination des intérêts – groupe d’échange ». Cette commission est composée de Lignum, de La Forestières, du CFPF, d’entreprises forestières et de sciage, de gardes et inspecteurs forestiers ainsi que de l’association de la région du Gros-de-Vaud.