Sélectionner une page

Que représente le Jorat pour vous ?

Pour moi, la forêt du Jorat est une richesse par la diversité des essences et des paysages qui la composent et constitue une source d’approvisionnement importante en eau potable pour la région. Je vais dans cette forêt pour mon travail, avec ma famille et pour mes loisirs. J’aime aller aux champignons, faire des pique-niques ou tout simplement me balader. En résumé, le Jorat c’est le poumon vert du canton, un espace de bien-être et c’est notre patrimoine naturel !

Quelles sont les risques qu’encoure une forêt comme celle du Jorat dans la société actuelle ?

Je pense que le réchauffement climatique représente le défi majeur pour les bois du Jorat. Je constate aussi des incivilités, notamment au niveau des déchets qui sont laissés sur place principalement le long des axes routiers.

Quelle offre pourrait-on mettre en place afin que vous puissiez mieux profiter des bois et de ses ressources ?

L’offre que je souhaiterais voir mise en place est essentiellement économique, c’est-à-dire trouver un moyen de favoriser la ressource bois locale par rapport à l’importation. Le bois c’est la principale ressource naturelle en Suisse et elle a de l’avenir pour la production d’énergie, le mobilier et la construction. C’est une économie à soutenir !

Le projet du Parc naturel périurbain du Jorat vous semble-t-il un bon moyen de pérenniser les différentes fonctions de cette forêt ?

Dans l’idée que je m’en fait, je dirais que oui. Je m’imagine le parc comme une cible avec la zone de protection au centre et une deuxième zone dans laquelle les interventions forestières et les loisirs seraient organisés et compatibles. Cependant, il reste beaucoup d’interrogations concernant la cartographie du parc et la gestion de la grande faune et des maladies. J’espère simplement que quelle que soit l’issue de ce projet, c’est l’intérêt global de la région qui motivera la décision, sans que l’argent soit la raison principale du refus ou de l’acceptation du projet.

Michel Graz

Chef d’exploitation pour les ateliers du travail d’intérêt général de la Fondation vaudoise de probation, membre de la Nouvelle Compagnie des Brigands du Jorat et initiateur/concepteur du sentier Handicap & Nature